L’union sacrée à l’épreuve de la défiance

Malgré l’appel à l’unité nationale lancé par Emmanuel Macron au cours de son allocution hier soir à Mulhouse, l’exécutif doit désormais composer avec une perte de confiance durable dans l’opinion.
l’union sacree a l’epreuve de la defiance

Malgré l’appel à l’unité nationale lancé par Emmanuel Macron au cours de son allocution hier soir à Mulhouse, l’exécutif doit désormais composer avec une perte de confiance durable dans l’opinion. Selon un sondage Elabe-Berger Levrault pour BFMTV publié le 25 mars, le jugement d’une mauvaise gestion de la crise est désormais majoritairement partagé par les sondés à 56%, en progression de 14 points depuis le 17 mars. 73% des Français estiment que l’exécutif a trop tardé à prendre les mesures nécessaires quand 68% d’entre eux considèrent que celui-ci n’a pas pris assez de précautions pour limiter la propagation.

Cette progression est une conséquence logique de la réouverture de clivages bien installés dans l’opinion sur le social – concernant le droit de retrait des salariés non-confinés et l’application égalitaire du confinement – ou encore sur l’opposition entre Paris et la Province. L’opposition, de l’extrême-gauche à l’extrême-droite, en passant par le PS et LR, est décidée à sortir du silence et à reprendre la main sur l’agenda politique, notamment au Parlement. L’union sacrée qui semblait devoir découler naturellement du caractère urgent des circonstances et du très large consensus autour du confinement (93% des Français le jugeant nécessaires) paraît désormais bien moins assurée qu’en Italie – où 71% des électeurs portaient un jugement positif sur l’action du président du Conseil des ministres Giuseppe Conte le 19 mars dernier.

Total
0
Shares
Article précédent

Experts en « Fake News » : les nouveaux haruspices ?

Article suivant
quid de la mobilisation des cliniques privees dans la lutte contre le covid-19 ?

Quid de la mobilisation des cliniques privées dans la lutte contre le COVID-19 ?

Dans la même catégorie
photo de masque
En savoir plus

Le retour du naturel

Le retour des anciens clivages d’avant la pandémie, la rémanence de ceux-ci dans les débats propres au Covid-19, dissipent dans tous les cas l’idée d’une nouveauté radicale induite par le confinement.
vers une « decentralisation » du deconfinement ?
En savoir plus

Vers une « décentralisation » du déconfinement ?

Après des semaines de nationalisation du traitement de la crise, cristallisée autour de la figure centrale et régalienne du Président jupitérien et des administrations centrales d’Etat et de leurs relais en région (préfets, ARS), le retour de l’échelon local et de la parole des collectivités territoriales augure peut-être enfin une certaine décentralisation plus conforme aux réalités de terrain.