La revanche des JT de 20h

Si la pandémie de Covid-19 représente peut-être un catalyseur historique de toutes les grandes tendances qui forgeront le monde de demain, celle-ci signe dans le même temps la revanche du média du monde d’hier, le sacro-saint JT de 20h.
la revanche des jt de 20h

Si la pandémie de Covid-19 représente peut-être un catalyseur historique de toutes les grandes tendances qui forgeront le monde de demain, celle-ci signe dans le même temps la revanche du média du monde d’hier, le sacro-saint JT de 20h. Les « Grand-messes cathodiques » semblaient vouées jusqu’ici à une disparition quasi-certaine, faute de renouveler leurs audiences vieillissantes face à la concurrence d’internet, des chaînes d’info en continu et des nouvelles venues de la TNT. Pourtant, depuis l’accélération de la pandémie de Covid-19 en France, le nombre de leurs téléspectateurs s’envolent. Le JT de TF1 cumule en moyenne sur le mois de mars 30% de part d’audience et 7,9 M de téléspectateurs, quand celui de France 2 a rassemblé en moyenne 25% de PDA et 7,6 M de téléspectateurs sur la même période. Les allocutions solennelles successives du PR et du PM prononcées à 20h n’y sont certainement pas pour rien, tant la télévision s’est imposée comme le média par excellence pour vivre l’histoire en direct.

A l’origine de ces succès, sans doute faut-il aussi compter le travail d’information de terrain des journalistes des grandes chaînes et en premier lieu de leurs correspondants en Italie et en Chine. Leur couverture de l’évolution à l’avant-garde de la pandémie de Covid-19 notamment sur Twitter souligne l’apport irremplaçable des grands JT au paysage de l’information, malgré le déclin supposément irrémédiable de leur hégémonie

Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article précédent
la polemique sur le maintien du 1er tour des elections municipales se poursuit sur les reseaux sociaux

La polémique sur le maintien du 1er tour des élections municipales se poursuit sur les réseaux sociaux

Article suivant
le “nouveau monde” est-il soluble dans (la future) ere post-covid-19 ?

Le “nouveau monde” est-il soluble dans (la future) ère post-COVID-19 ?

Dans la même catégorie
Stop Covid-19
En savoir plus

Après la covid…, le vide ?

La pandémie ralentit les flux de choses et de gens ; et engendre une peur inédite qui remet en cause des valeurs : ouverture, circulation, croissance, individualisme, hédonisme, consommation, changement ; bref tout ce qui était souhaitable et « moderne » se heurte à l’impératif majeur : prolonger la vie le plus longtemps de la façon la moins pénible. Surmortalité et hyper morbidité deviennent les critères ultimes du bien commun et la justification de tous les sacrifices.