Le digital peine à prendre le relais du “monde normal”

Sur 13 pays européens scrutés par Nielsen, seuls l’Autriche, la Belgique et l’Espagne ont connu un impact positif du confinement sur leurs ventes en ligne. Quant au télétravail, qui devait assurer une continuité de l’économie française, celui-ci s’est révélé inadapté pour 2/3 des actifs occupés.
le digital peine a prendre le relais du “monde normal”

Le digital promettait de rendre la pandémie et le confinement quasiment indolores. Entre les craintes liées à l’insuffisance de la bande passante, le ralentissement économique connu par plusieurs acteurs du secteur, la flambée du nombre de cyberattaques ou encore les craintes liées à la survie de la neutralité du net dans ce contexte de crise, les sujets de crispation regardant le secteur de l’économie numérique ont pourtant fait florès.

La vision optimiste d’une prise de relais complète du monde physique par un monde digital complètement dématérialisé, donc totalement protégé des turpitudes induites par la pandémie, n’aura par ailleurs pas résisté bien longtemps à l’épreuve des faits. En matière de consommation tout d’abord : en dépit des prédictions d’une substitution du commerce physique par le commerce en ligne durant la période de confinement, le constat apparaît beaucoup plus nuancé près d’un mois après la fermeture des magasins physiques.

Bien que désormais sans concurrents pour la plupart des biens de consommation, près de 76% des sites marchands interrogés dans le cadre d’un sondage par la Fevad avaient vu leurs ventes reculer au 1er avril. Seuls 18% des sites marchands, pour la plupart acteurs de l’alimentaire, de la téléphonie-information et des produits culturels et éducatifs, ont vu dans le même temps leur chiffre d’affaires augmenter. De surcroît, les difficultés du secteur sont apparues patentes, en matière d’approvisionnement et en matière de supply chain.

La France n’est pas un cas isolé en la matière. Sur 13 pays européens scrutés par Nielsen, seuls l’Autriche, la Belgique et l’Espagne ont connu un impact positif du confinement sur leurs ventes en ligne. Quant au télétravail, qui devait assurer une continuité de l’économie française, celui-ci s’est révélé inadapté pour 2/3 des actifs occupés. Selon un sondage de l’IFOP, 30% d’entre eux travaillent à la maison, quand 34% des salariés sont quant à eux des travailleurs exposés.

Plus encore, le télétravail s’est révélé être un nouveau marqueur des inégalités, puisque celui-ci apparaît être l’apanage des cadres (66%), quand 39% des ouvriers continuent de se déplacer pour se rendre à leur travail, jugé indispensable à la vie de la nation. Une situation qui n’est pas sans nourrir un certain ressentiment des « premiers de tranchées » (caissières, aides-soignantes, livreurs, routiers…) selon l’expression de Jérôme Fourquet et de Chloé Morin, à l’égard des « premiers de cordée », perçus comme des privilégiés. Force est enfin de constater que la dématérialisation des relations sociales ne sera pas suffisante pour briser le sentiment d’isolement, de solitude et la flambée probable des troubles mentaux en raison du confinement.

Si la lutte contre le Covid-19 prime dans l’immédiat sur toute autre considération sanitaire, l’impact des mesures mises en œuvre sur la santé mentale des Français devrait constituer un enjeu majeur de santé publique après la pandémie.

Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article précédent
covid-19, et ingerence russe, la menace fantome ?

COVID-19, et ingérence russe, la menace fantôme ?

Article suivant
5g, la somme de toutes les peurs

5G, la somme de toutes les peurs

Dans la même catégorie
le deconfinement, politique sanitaire et croyance morale
En savoir plus

Le déconfinement, politique sanitaire et croyance morale

Le confinement était un levier sanitaire pour « aplatir la courbe » de l’épidémie. Il s’impose de plus en plus comme un problème moral et politique, au seul prisme duquel juger de l’efficacité de la politique de l’exécutif (qu’importe les conséquences négatives qu’il engendre), et autour duquel semble dans le même temps se cristalliser l’ensemble des facettes du mal-être français.
drole de guerre, confusionnisme et “pente douce”
En savoir plus

Drôle de guerre, confusionnisme et “pente douce”

2020 n’est pas 39, encore moins 40, mais les épiphénomènes que les réseaux sociaux et les médias nous donnent à voir, les manifestations de “défaitisme”, de résignation, d’angoisse, de désarroi, de colère et de confusion, et nous subsumons avec ce vocable fourre-tout tout à la fois les discours dits alternatifs et conspirationnistes qui émaillent le quotidien, nous rappellent quotidiennement que cette situation n’a rien de très originale.
Stop Covid-19
En savoir plus

Après la covid…, le vide ?

La pandémie ralentit les flux de choses et de gens ; et engendre une peur inédite qui remet en cause des valeurs : ouverture, circulation, croissance, individualisme, hédonisme, consommation, changement ; bref tout ce qui était souhaitable et « moderne » se heurte à l’impératif majeur : prolonger la vie le plus longtemps de la façon la moins pénible. Surmortalité et hyper morbidité deviennent les critères ultimes du bien commun et la justification de tous les sacrifices.