Distanciation sociale, histoire des concepts et normes

Une histoire des concepts, à n’en pas douter fructueuse d’un point de vue heuristique, et qui ne va pas sans nous rappeler la manière dont le concept de fake news a surgi dans les rédactions et sous nos latitudes.
distanciation sociale, histoire des concepts et normes

“Distanciation sociale” et confinement n’étaient pas, loin s’en faut, des concepts et vocables faisant partie du langage courant il y a encore quelques semaines. Pour s’en convaincre, il suffit notamment de s’intéresser à l’évolution de la consultation des pages Wikipédia, en français et en anglais, consacrées au concept de distanciation sociale. Dans l’écosystème anglophone, les premières phases d’intérêt à l’égard de ce concept ont commencé à se structurer aux alentours de mi-février, avant de se cristalliser début mars. La page Wikipédia francophone n’a, quant à elle, été créée que le 13 mars dernier, contrairement à la version anglophone qui existait depuis avril 2017. Autant dire que dans l’opinion publique française, ce sujet n’est pas de ceux qui ont pu se sédimenter au long cours et donner lieu à des avis et autres prises de position tranchées. Un constat légèrement différent aux États-Unis où la page dédiée à ce concept donnait lieu à environ 70 vues quotidiennes en janvier dernier et uniquement 16 vues quotidiennes en décembre 2019. On peut donc en conclure que, dans ce périmètre linguistique spécifique, seule une infime minorité d’individus s’intéressait au sujet.

Sur le profil de ces personnes, et bien que Wikipédia, aux premiers abords ne nous permettent guère d’investiguer plus en avant sur la dimension identitaire des primo-lecteurs de cette page, le postulat d’une surreprésentation de chercheurs, en épidémiologie et en sciences sociales ne semble pas ubuesque. Dès lors, et alors même que ces concepts, et de distanciation sociale, et de confinement, ne vont pas de soi, et font l’objet, de la part de franges antinomiques de la population, de critiques plus ou moins affirmées, il paraît opportun de s’intéresser à la manière dont ces concepts se sont diffusés en France. Quels ont été les “importateurs”, les relais et autres acteurs pivots ayant, en un laps de temps réduit, permis de mettre à l’agenda médiatique et politique, des concepts que nous ignorions jusque-là ?

Une histoire des concepts, à n’en pas douter fructueuse d’un point de vue heuristique, et qui ne va pas sans nous rappeler la manière dont le concept de fake news a surgi dans les rédactions et sous nos latitudes.

Total
0
Shares
Article précédent
l’extreme-droite refait bloc autour de la question des banlieues

L’extrême-droite refait bloc autour de la question des banlieues

Article suivant
les implications du deconfinement suscitent des debats de societe multiples

Les implications du déconfinement suscitent des débats de société multiples

Dans la même catégorie
Jean-Christophe Gatuingt
En savoir plus

« Le marché de la veille d’opinion en ligne et du social listening a gagné en maturité », Jean-Christophe Gatuingt (Visibrain)

Nouvelle API Twitter, changement des règles de modération du réseau social à l’oiseau bleu, essor fulgurant de Tik Tok, innovations technologiques et social listening… Pour l’Observatoire Stratégique de l’Information, Jean-Christophe Gatuingt, co-fondateur de la plateforme de veille Visibrain, décrypte les bouleversements en cours dans le paysage des réseaux sociaux et leurs répercussions pour les veilleurs et les analystes de l’opinion en ligne.
michel strogoff
En savoir plus

Le télégraphe, creuset matriciel et contrapuntique de la réflexion sur les réseaux communicationnels et l’opinion publique

De quoi dès lors remettre la problématique de la viralité et des biais informationnels, intentionnels ou non, dans un cadre heuristique beaucoup plus pertinent, qu’une simple focale autocentrée sur notre époque, notre réseau et nous-mêmes. Au risque, en définitive, de viraliser du faux sur le faux. Une forme de méta-discours qui, à l’instar de ses devanciers dans le genre, a bien souvent une postérité des moins pérennes.
capture d'écran doom
En savoir plus

You can’t have your cake and eat it

Abdoullakh A. était sur Twitter, derrière le pseudo @Tchetchene_270. Brahim C. était sur Facebook, sans pseudo quant à lui. Les vidéos de Brahim C. et d’Adbelhakim S. ont circulé sur Facebook, YouTube, ainsi que sur des plateformes messageries comme WhatsApp. Il n’en fallait pas plus pour faire remonter à la surface nombre de serpents de mer ayant trait au monde numérique. Il n’en fallait pas moins pour que les tenants du tour de vis en ligne, peu échaudés visiblement par les coups de boutoir adressés à leur démarche législative par un inflexible Conseil constitutionnel en juin dernier cherchent à gagner la partie sur tapis vert. Il n’en fallait pas moins pour que certains, sur des chaînes de grande écoute, au surlendemain du drame, propose de “profit[er] de cette tragédie pour faire une loi Avia validée constitutionnellement”, quitte “à changer s’il le faut la Constitution”. Or, ces différentes postures sont, au mieux contre-productives, au pire dangereuses pour notre sécurité nationale. De même que sont tout aussi contre-productives et dangereuses les discours tendant à l’immobilisme et à l’inaction.
tiktok
En savoir plus

TikTok, who cares ?

Un écosystème informationnel digitalisé qui, contrairement à ce que d’aucuns ont trop souvent laissé entendre, n’est aucunement bottom-up, mais up-up, bien que cette dernière formule soit bien peu élégante. Élus, journalistes, patrons de fédération, intellectuels, influenceurs et investisseurs font et défont les entreprises, les dirigeants et les carrières. Le reste n’est que de la littérature qui ne devrait pas dépasser les manuels pour communicants, dont se détourner n’est jamais la plus mauvaise des décisions dans une carrière professionnelle.