Non, Valérie Pécresse n’a pas signé un appel pour une république multiculturelle et postraciale

L’information est reprise en boucle par plusieurs médias et comptes de réseaux sociaux liés à l’extrême-droite et aux proches d’Eric Zemmour. Valérie Pécresse aurait signé en 2010 un « appel pour une république multiculturelle et postraciale » aux côtés de Rokhaya Diallo et de Christiane Taubira. Une information totalement fausse. Désintox.

Le 21 janvier 2010, soit un an jour pour jour après la prestation de serment du président Barack Obama aux Etats-Unis, cinq personnalités (Lilian Thuram, Rokhaya Diallo, Pascal Blanchard, François Durpaire et Marc Cheb Sun) ont publié un ouvrage commun intitulé « Appel pour une république multiculturelle et postraciale ».

Contrairement à ce que son nom indique, l’ouvrage n’est pas un appel à signatures ou un manifeste, mais un livre qui se présente en deux parties. Dans la première, les cinq auteurs livrent leurs visions de la diversité culturelle et raciale dans la France du XXIe siècle. Dans la seconde, ils interrogent 100 personnalités de tous horizons, pour demander à chacun une proposition en matière d’identité nationale et d’intégration.

Valérie Pécresse, comme 99 autres personnalités issues du monde politique (parmi lesquelles figurait bien Christiane Taubira, mais également Jeannette Bougrab ou Rama Yade alors ministres de Nicolas Sarkozy), des universitaire et des chercheurs (Richard Descoings et Michel Wievorka), des intellectuels, des artistes et des représentants associatifs (Pascal Boniface, Pascal Obispo et Maud Fontenoy par exemple). Chacun d’entre eux, en fonction de son parcours, de ses compétences et de ses convictions, formulait « une proposition concrète pour nourrir de solutions pratiques le nécessaire débat sur notre société ».

A cette occasion, Valérie Pécresse a proposé : « d’aider les jeunes à oser » en développant notamment des lycées d’excellence (une proposition proche des Charter Schools inscrites au programme présidentiel de Valérie Pécresse). « Car c’est cela le rêve républicain : ne se juger que soi-même et n’être jugé que sur ses capacités et sur son travail ». C’est sa seule contribution à cet ouvrage collectif. Une contribution d’une vingtaine de ligne qui n’engageait qu’elle, de la même manière qu’elle n’était pas engagée par les propositions des autres personnalités ou par le texte des cinq signataires de l’ouvrage.

L’information selon laquelle Valérie Pécresse aurait « signé un appel pour une république multiculturelle et postraciale » est une fake news lancée et reprise par les réseaux d’extrême-droite et les proches d’Eric Zemmour pour décrédibiliser la campagne de Valérie Pécresse, et la faire apparaitre comme proche idéologiquement de la gauche sociétale.

Total
4
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article précédent
Réseau

Health Data Hub : Faute de mieux, le pire n’est plus une option

Article suivant

Non, le vote électronique n'est pas au programme d'Emmanuel Macron

Dans la même catégorie
desinformation : armes du faux, lutte et chaos dans la societe de l’information
En savoir plus

Désinformation : armes du faux, lutte et chaos dans la société de l’information

La désinformation repose sur la fabrication d’un faux message puis sa diffusion de façon qui semble neutre et dans un but stratégique. Il s’agit toujours d’agir négativement sur l’opinion publique pour affaiblir un camp. Ce camp peut être un pays, les tenants d’une idéologie, un groupe ou une entreprise...(on imagine mal une désinformation qui ferait l’éloge de ceux qu’elle vise).