Non, le fils de Christiane Taubira n’a jamais fait de prison

C’est une vieille rumeur qui revient comme un serpent de mer pour empoisonner la vie politique de l’ancienne Garde des Sceaux. Christiane Taubira aurait un fils en prison pour meurtre. Une information totalement fausse, dont l’origine est obscure même si deux points de départ différents peuvent être identifiés.

Christiane Taubira a bien quatre enfants, dont deux garçons, mais aucun n’a jamais été condamné à des peines de prison, a fortiori pour meurtre. La rumeur est née lorsque Christiane Taubira était ministre de la Justice et qu’elle faisait figure d’ennemie publique numéro un en raison de son implication dans le projet de loi sur le mariage pour tous.

C’est apparemment à cette époque que la rumeur a été lancée, suite à la publication sur Internet d’un faux-courrier d’une mère de famille dont le fils aurait été assassiné par le fils de Christiane Taubira. Une lettre signée par une certaine Edith Besançon, de Beaumur dans la Vienne qui, si elle existe bien, a indiqué par la suite n’avoir jamais écrit cette lettre, et surtout ne pas avoir d’enfants ayant été assassinés.

Un démenti ferme et sans équivoque qui n’a pas empêché la rumeur de grossir au fil des mois sur les réseaux sociaux. Une rumeur qui a été indirectement alimentée et rallumée quelques mois plus tard par une enquête du magazine conservateur Valeurs Actuelles, qui indiquait qu’en 2001, Christiane Taubira, alors députée de Guyane, avait écrit à la ministre de la Justice Marylise Lebranchu pour faire annuler une condamnation de son fils pour “complicité de vol”.

Un délit nettement moins grave, mais qui a relancé les rumeurs, et qui a poussé Christiane Taubira a donné sa version des faits dans un ouvrage publié en 2012 (Mes Météores), son fils aurait bien été un temps “accusé à tort” d’un vol de scooter, mais le père de la victime aurait retiré sa plainte. Un acte de délinquance juvénile qui, même s’il avait été avéré, n’est tout de même pas comparable à un meurtre.

On le voit, l’objectif ici de la Fake News sur Christiane Taubira, que l’on revoit régulièrement remonter sur Twitter, vient d’une invention pure et simple, à peine soutenue par une enquête journalistique sur des faits bien moindres, dont Christiane Taubira conteste même. La finalité de cette rumeur était de toute évidence de diaboliser une figure de proue de la présidence de François Hollande, qui portait de surcroît une réforme cristallisant énormément de contestation d’une partie de la société française.

Total
2
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article précédent

Non, Valérie Pécresse n’a pas de « liens secrets » avec Alstom

Article suivant

Non, Anne Hidalgo ne s'est pas fait retirer son permis

Dans la même catégorie
seringues
En savoir plus

Les théories du complot sur le Covid-19 sapent une confiance déjà bien entamée à l’égard de la gestion de crise par les autorités

Les thèses conspirationnistes antérieures à la pandémie mêlant dans un même délire paranoïaque laboratoires pharmaceutiques, grandes banques d’affaires et vieilles rengaines antisémites, ont été dans le même temps actualisées pour l’occasion afin de mieux coller à l’actualité.
affiche du documentaire hold-up
En savoir plus

« Hold-Up » : A qui la faute ?

En s’obstinant à nier les pénuries d’équipements sanitaires au printemps malgré l’évidence manifeste, en niant l’efficacité des masques avant de le rendre obligatoire quelques mois plus tard (jusqu’à demander que ceux-ci soient portés à domicile en présence de tiers), le gouvernement a fortement entamé sa crédibilité et ouvert la voie aux élucubrations les plus farfelues : l’existence d’un agenda caché autour du Covid-19, Bill Gates et la 5G, les nano-particules injectées dans l’organisme, l’asservissement des « inutiles » condamnés à acheter des iPhone 12 et à remplir leurs caddies ou encore le « Grand Reset » du Forum Économique Mondial. Pourquoi cela ne serait-il pas vrai si l’Etat ment depuis le début ?