Non, le fils de Christiane Taubira n’a jamais fait de prison

C’est une vieille rumeur qui revient comme un serpent de mer pour empoisonner la vie politique de l’ancienne Garde des Sceaux. Christiane Taubira aurait un fils en prison pour meurtre. Une information totalement fausse, dont l’origine est obscure même si deux points de départ différents peuvent être identifiés.

Christiane Taubira a bien quatre enfants, dont deux garçons, mais aucun n’a jamais été condamné à des peines de prison, a fortiori pour meurtre. La rumeur est née lorsque Christiane Taubira était ministre de la Justice et qu’elle faisait figure d’ennemie publique numéro un en raison de son implication dans le projet de loi sur le mariage pour tous.

C’est apparemment à cette époque que la rumeur a été lancée, suite à la publication sur Internet d’un faux-courrier d’une mère de famille dont le fils aurait été assassiné par le fils de Christiane Taubira. Une lettre signée par une certaine Edith Besançon, de Beaumur dans la Vienne qui, si elle existe bien, a indiqué par la suite n’avoir jamais écrit cette lettre, et surtout ne pas avoir d’enfants ayant été assassinés.

Un démenti ferme et sans équivoque qui n’a pas empêché la rumeur de grossir au fil des mois sur les réseaux sociaux. Une rumeur qui a été indirectement alimentée et rallumée quelques mois plus tard par une enquête du magazine conservateur Valeurs Actuelles, qui indiquait qu’en 2001, Christiane Taubira, alors députée de Guyane, avait écrit à la ministre de la Justice Marylise Lebranchu pour faire annuler une condamnation de son fils pour “complicité de vol”.

Un délit nettement moins grave, mais qui a relancé les rumeurs, et qui a poussé Christiane Taubira a donné sa version des faits dans un ouvrage publié en 2012 (Mes Météores), son fils aurait bien été un temps “accusé à tort” d’un vol de scooter, mais le père de la victime aurait retiré sa plainte. Un acte de délinquance juvénile qui, même s’il avait été avéré, n’est tout de même pas comparable à un meurtre.

On le voit, l’objectif ici de la Fake News sur Christiane Taubira, que l’on revoit régulièrement remonter sur Twitter, vient d’une invention pure et simple, à peine soutenue par une enquête journalistique sur des faits bien moindres, dont Christiane Taubira conteste même. La finalité de cette rumeur était de toute évidence de diaboliser une figure de proue de la présidence de François Hollande, qui portait de surcroît une réforme cristallisant énormément de contestation d’une partie de la société française.

Total
1
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article précédent

Non, Valérie Pécresse n’a pas de « liens secrets » avec Alstom

Article suivant

Non, Anne Hidalgo ne s'est pas fait retirer son permis

Dans la même catégorie
faux et usage de faux
En savoir plus

Faux et usage de faux

Pour des démocraties occidentales en mal d’exotisme et de transcendance, l’attrait contemporain pour les fake news n’est pas sans rappeler celui exercé par le roman gothique dans l’Angleterre néoclassique à la charnière entre le XVIIIe et le XIXe siècle.
desinformation : armes du faux, lutte et chaos dans la societe de l’information
En savoir plus

Désinformation : armes du faux, lutte et chaos dans la société de l’information

La désinformation repose sur la fabrication d’un faux message puis sa diffusion de façon qui semble neutre et dans un but stratégique. Il s’agit toujours d’agir négativement sur l’opinion publique pour affaiblir un camp. Ce camp peut être un pays, les tenants d’une idéologie, un groupe ou une entreprise...(on imagine mal une désinformation qui ferait l’éloge de ceux qu’elle vise).