Non, Emmanuel Macron et Valérie Pécresse n’ont pas de “lien secret” sur l'”Affaire Alstom”

C’est une rumeur qui a la peau dure en cette période pré-électorale. Née sur les cendres d’autres rumeurs que nous avons déjà débunkées, elle voudrait qu’Emmanuel Macron et Valérie Pécresse soient liés par “un pacte secret” autour de la vente d’Alstom à General Electric en 2015. Si Emmanuel Macron était alors ministre de l’Economie et des Finances sous la présidence de François Hollande, Valérie Pécresse était elle dans l’opposition et dirigeait la région Île de France.

Beaucoup a déjà été écrit et dit sur le rôle d’Emmanuel Macron, alors ministre du gouvernement Ayrault, dans la vente du fleuron industriel français Alstom aux américains de General Electric (GE). De nombreux articles de presse évoquent effectivement une “Affaire Alstom” et posent des questions sur l’opacité de la cession du groupe tricolore au géant américain.

Cette affaire n’est pas nouvelle et elle ne sert que de décor à une rumeur lancée par des sites proches de l’extrême-droite et de la fachosphère, qui vise à remettre au goût du jour les soupçons liés à l’affaire Alstom en y associant la candidates de la droite, Valérie Pécresse, dont le mari, Jérôme Pécresse, est un des dirigeants de GE en Europe.

C’est le point de départ le plus courant d’une rumeur : des faits pas forcément liés, qui mis bout à bout, donnent l’impression d’un complot machiavélique. En l’occurrence le fait qu’Emmanuel Macron aurait passé un pacte avec sa rivale de droite pour s’assurer de son silence et de sa bienveillance sur ce dossier. Un écran de fumée qui ne tient pas la route pour de nombreuses raisons.

Tout d’abord, aucun élément, direct ou indirect, ne vient corroborer cette thèse. Si une infographie, donnant l’impression de révéler des liens évidents entre les deux candidats à la présidentielle, circule en effet sur les réseaux sociaux (voir ci-dessous), elle ne démontre rien d’autre en réalité que des supputations et des manipulations grossières.

Ensuite, comment Emmanuel Macron, qui ignorait peut-être encore qu’il serait candidat deux ans plus tard, pouvait-il imaginer que Valérie Pécresse serait la candidate des Républicains en 2022 ? Comme souvent avec les théories du complot, c’est en les prenant à l’envers qu’on réalise pleinement qu’elles ne sont bâties que sur du vent et des constructions a posteriori.

En l’occurrence, on réalise que cette rumeur vise à la fois à faire perdurer un scandale potentiel évoqué par la presse en 2017 autour de la gestion de la vente d’Alstom par le ministre de l’Economie Emmanuel Macron, mais elle vise aussi et surtout à donner l’illusion que le président de la République et Valérie Pécresse sont plus proches qu’ils ne veulent le dire.

Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article précédent

Non, 46% des étudiants ne sont pas obligés de travailler pendant leur année scolaire, comme l’affirme Christiane Taubira

Article suivant

La France représente-elle 1% de la production mondiale de C02, comme l’indique Éric Zemmour

Dans la même catégorie
seringues
En savoir plus

Les théories du complot sur le Covid-19 sapent une confiance déjà bien entamée à l’égard de la gestion de crise par les autorités

Les thèses conspirationnistes antérieures à la pandémie mêlant dans un même délire paranoïaque laboratoires pharmaceutiques, grandes banques d’affaires et vieilles rengaines antisémites, ont été dans le même temps actualisées pour l’occasion afin de mieux coller à l’actualité.