Non, la France n’est pas le 2e pays le plus propre grâce au nucléaire comme le dit Jordan Bardella

Le président par interim du Rassemblement National affirme que la France est le deuxième pays le plus propre au monde grâce à la part importante du nucléaire dans notre mix énergétique. Une affirmation qui, si elle n’est pas totalement fantaisiste, est pour le moins incomplète. Se basant sur un classement de l’université de Yale, Jordan Bardella fait dire plus qu’il ne faudrait aux chiffres… et au rôle du nucléaire dans les bons résultats écologiques de la France.

Interviewé le 16 février sur les ondes de France Inter, le lieutenant de Marine Le Pen, a assuré que “le nucléaire permet à la France d’être l’un des pays les plus propres au monde […]. D’après une étude faite par l’université américaine de Yale, la France est le deuxième pays le plus propre au monde et l’un de ceux qui émettent le moins de CO2“. Si l’étude en question existe bel et bien, Jordan Bardella en sort les résultats de leur contexte.

Cette étude sur l’indice de performance environnementale (EPI) a été réalisée en 2018 conjointement par les universités de Yale et de Columbia. Premier élément de contexte à prendre en compte : si la France était effectivement en deuxième position mondiale cette année-là, elle a reculé en cinquième position en 2020. Surtout, beaucoup d’autres éléments de cette étude n’ont pas été pris en compte par Jordan Bardella.

Tout d’abord le fait que l’EPI ne prend pas en compte les enjeux de retraitement des déchets nucléaires qui jouent un rôle dans la définition d’une énergie propre. Ensuite, l’étude américaine englobe les écosystèmes et la biodiversité de chaque pays, ce qui donne un très net avantage à la France par rapport à d’autres pays, ayant une plus grande densité de population et moins de réserves naturelles.

En réalité, l’étude citée par Jordan Bardella est totalement hors-sujet pour juger du rôle (bien réel) de l’énergie nucléaire dans la décarbonisation de l’énergie en France. L’EPI est un indice dédié à calculer la qualité de l’air, de l’eau et la protection de l’environnement dans sa globalité, et qui n’a pas pour objectif d’orienter les choix énergétiques des pays.

Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article précédent

Non, les habitants de Grenoble ne vont pas consommer 100% d’énergie verte et locale d’ici fin 2022, comme l’affirme Yannick Jadot

Article suivant

Non, des accidents nucléaires majeurs n’ont pas été évités de justesse en France par le passé, comme l’affirme Yannick Jadot

Dans la même catégorie