Société de transparence, société du secret

Nos sociétés de l’information exaltent volontiers la transparence. En politique, elle doit favoriser la gouvernance : plus d’ententes clandestines, de manoeuvres antidémocratiques obscures, d’intérêts occultes, de crimes enfouis. En économie, on voit en elle une garantie contre les défauts cachés, les erreurs et les tricheries, donc un facteur de sécurité et de progrès. Et, moralement, la transparence semble garantir la confiance entre ceux qui n’ont rien à se reprocher. Dans ces conditions, il est difficile de plaider pour le secret. Ou au moins pour sa persistance, voire sa croissance. Et pourtant…
societe de transparence, societe du secret

La transparence est aujourd’hui célébrée, tandis que l’époque est au soupçon généralisé. Pourtant le secret importe, dans les affaires régaliennes de l’État comme dans les affaires des entreprises. Réseaux sociaux et cyberespace sont les nouveaux territoires d’une dialectique entre intimité et totale publicité, qui débute dans notre smartphone. Il faut savoir se protéger.

Lire la suite sur Cairn

Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article précédent
la conflictualite informationnelle a l’ere du digital

La conflictualité informationnelle à l’ère du digital

Article suivant
catalogne, la russie a-t-elle (reellement) essaye de diviser l’espagne…et l’union europeenne ?

Catalogne, la Russie a-t-elle (réellement) essayé de diviser l’Espagne…et l’Union européenne ?

Dans la même catégorie
la conflictualite informationnelle a l’ere du digital
En savoir plus

La conflictualité informationnelle à l’ère du digital

En venant briser la réputation et l’autorité d’un candidat, en venant saper les fondements du discours officiel et légitime d’un État, les fake news et autres logiques de désinformation, viennent mettre au jour l’idée d’un espace public souverain potentiellement sous influence d’acteurs exogènes.
l'art de la guerre ideologique
En savoir plus

Cinq questions à François-Bernard Huyghe sur l’art de la guerre idéologique

Plus personne ne croit, comme à la la fin du XX° siècle, qu’une des deux grandes utopies opposées doive l’emporter bientôt : ou bien le communisme ou bien la société libérale d’abondance, avec fin de l’histoire. Il y a un mythe pour lequel certaines minorités sont encore prêtes à donner leur vie : le califat djihadiste promet le salut de l’âme et la conquête de la Terre qui devra se soumettre à la loi divine. Il ne sépare pas guerre idéologique de guerre tout court.
Logo anniversaire pour les 20 ans de Wikipédia
En savoir plus

Comment Wikipédia est passé du statut de “mauvais élève” à celui de modèle alternatif d’organisation de l’information

La presse française et internationale s’est largement fait l’écho, la semaine dernière, des 20 ans de Wikipédia, en soulignant au passage la manière dont ce site collaboratif, fortement critiqué à ses débuts pour son manque de fiabilité, s’est imposé comme une référence incontournable dans le paysage du web contemporain. De là à ce que l’éthique procédurale qui structure une partie de l’encyclopédie en vienne à être transposée à des réseaux sociaux en crise permanente, il n’y a qu’un pas - que certains observateurs, chercheurs et acteurs politiques songent, de plus en plus, à franchir.