Les sept corps d’al-Baghdadi

Tout le monde l’a dit : la fin du chef n’est pas celle de l’État islamique, et certainement pas celle de la terreur. Mais il nous reste sans doute à comprendre qu’il est plus facile de chasser les criminels que de maîtriser les symboles.
al baghdadi

Faute d’avoir eu sept vies (même si sa mort fut annoncée à tort plusieurs fois), al Baghdadi semble avoir eu sept corps.

Il y a d’abord son corps filmé, parfois en majesté, toujours avec parcimonie, alors qu’il entendait commander tous les vrais croyants et demain convertir la Terre. La rareté de ses apparitions vidéo lui valut le surnom de calife invisible, en tout cas bien moins présent en ligne et moins narcissique qu’un Ben Laden ou un Zawahiri. Et pourtant cet homme a dirigé plusieurs années un État de fait grand comme le Royaume-Uni par l’étonnant pouvoir de l’absence, au moins des écrans.

Al Baghdadi et le chien

Ce corps était traqué. Faites comme Saddam, faites comme ben Laden, faites comme al Baghdadi, mais ils vous auront. N’utilisez plus Internet, jetez vos téléphones, déplacez vous sans cesse… Quelqu’un parlera, une trace subsistera, un dispositif technique vous repérera. Un algorithme vous identifiera depuis la Virginie, un indic du village voisin vous balancera. Incapables peut-être de gagner les guerres (ou du moins les paix qui doivent s’ensuivre), les Américains sont meilleurs chasseurs.

Le corps du calife, wanted dead or alive, était condamné et il le savait. Pas de souverain qui ne risque une fin tragique. D’autant que la doctrine de Daech, sombre et millénariste, enseigne que les batailles apparemment perdues (comme la chute de Raqqa) pourraient n’être qu’une épreuve divine avant la victoire finale. Et que ceux qui périssent pour la cause reviennent en gloire. On imagine mal qu’al Baghdadi qui prêchait le martyre n’y ait pas songé. Ni que la fonction mystique et politique à laquelle il prétendait n’impose une succession.

Ce corps fut déchiré par le gilet explosif qu’il portait et sans doute par un chien. Pour Trump, qui suivait les détails par écran interposé depuis Washington, et en a fait le storytelling, c’est une preuve de lâcheté : le calife aurait pleurniché avant de se faire sauter et, coursé par un chien, il ne valait pas mieux qu’un chien, pas un tough guy.

Mais pour ses partisans al Baghdadi sera un martyr, mort au combat. Et l’humiliation – l’image du « chien » gibier d’un chien suggérée par Trump qui tweete même la photo du toutou – ne découragera pas un jihadiste dans le monde. Pour lui, cela restera un corps sacrifié. Tout ce qui est négatif pour nous se retourne en positif pour eux, et inversement.

Ce corps fut identifié : il a fallu prouver comme dans une série TV que c’était le bon, le bon A.D.N. Donc recueillir un bout du cadavre, en extraire quelques séquences sur un interminable ruban de gènes, et comparer à distance à une base de données. Passons sur la manière d’opérer en un temps si bref : on dit que c’est techniquement possible et que d’ailleurs – détail atroce – l’ADN avait été pré-analysé sur un sous-vêtement, récupéré peu avant. Toujours est-il que l’ordinateur a cliqué : les allèles (fraction d’Adn susceptibles de varier et qui sont analysés) correspondent. Nous avons le bon, nous avons la preuve physique et numérique. Qu’importe après ce qu’imagineront les complotistes.

Immerger le corps

Enfin ce corps fut immergé. Comme celui de ben Laden en 2011. Parce que Trump voulait imiter et surpasser Obama en tous points ? Parce que la dépouille ramenée aux USA aurait été un cadeau encombrant : où le cacher, comment empêcher que des fanatiques ne cherchent à le récupérer, que ne naisse un lieu de culte, etc. ? Pour faire plus simple, on a balancé les restes là où personne ne pourra les retrouver : au fond des mers. D’al Baghdadi resteront sans doute deux morceaux dans deux éprouvettes : celui qui a servi à l’identifier et l’échantillon comparatif rangé dans un tiroir et qui attendait son match.

Tout le monde l’a dit : la fin du chef n’est pas celle de l’État islamique, et certainement pas celle de la terreur. Mais il nous reste sans doute à comprendre qu’il est plus facile de chasser les criminels que de maîtriser les symboles.

Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article précédent
joker

Pourquoi trouve-t-on des Joker parmi les peuples en révolte ?

Article suivant
reseaux sociaux

L'intelligence artificielle ou comment tromper le cerveau humain​

Dans la même catégorie
En savoir plus

[ÉTUDE] – Dans la tête de Sputnik

Sputnik France, l’un des deux médias russes actifs dans l’écosystème informationnel francophone, est régulièrement accusé de chercher à influencer l’opinion publique française et celle de nombreux pays africains où le français est une langue couramment parlée par la population. Afin d’évaluer son influence et décrypter les stratégies qu’il met en oeuvre, il n’est pas seulement nécessaire de connaître les objectifs poursuivis par la diplomatie russe, mais aussi d’établir la grille d’analyse la plus fine possible de son contenu, en étudiant les métadonnées. C’est l’objet de cette étude, menée dans le cadre des travaux d’OSI, qui a passé au crible plus de 170 000 articles publiés par Sputnik entre 2014 et 2020.
Le court-bouillon de Mazarin
En savoir plus

Des mazarinades aux réseaux sociaux, ou l’intangibilité des ressorts de l’opinion publique

Recours à des modérateurs, exigence de responsabilité, volonté accrue de régulation, espace public numérique confronté à un supposé déferlement de rumeurs, de fake news, de désinformation et autres discours de haine : ces différentes problématiques mises à l’agenda par les pouvoirs publics ont entraîné l’avènement de nouvelles politiques publiques destinées à réguler le web.