Épidémologie et idéologie

PL’épidémie mettra-t-elle la mondialisation en panne ? Le mouvement de circulation et dépendance entre gens et marchandises ? Somme-nous confinés jusqu’à nouvel ordre mondial ou jusqu’à retour à, la normale, après quelques milliers de morts et quelques points de PIB en moins ? À moins que, suivant une stratégie dite du choc, le capitalisme ne fasse du désastre une occasion d’imposer encore plus de réformes ?
epidemologie et ideologie

Il y a bientôt vingt ans, Baudrillard comparait la mondialisation à un virus : « elle opère par contagion, par réaction en chaîne, et elle détruit peu à peu toutes nos immunités et notre capacité de résistance». COV-19, l’infime particule, peut-il inverser un tel processus ? L’idée qu’après la pandémie, plus rien ne sera comme avant est passée en quelques jours du statut de paradoxe à celui de banalité glaçante. Il se pourrait donc qu’une des victimes du coronavirus soit notre système de croyance.

Lire la suite sur Mediologie.

Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article précédent
chloroquine, fin de partie ?

Chloroquine, fin de partie ?

Article suivant
a quand le « deconfinement » ?

A quand le « déconfinement » ?

Dans la même catégorie
Bangui
En savoir plus

Bangui, nid d’espions sociaux

Mi-décembre, le réseau social Facebook a communiqué sur la mise au jour, suivie du démantèlement, d’une série de réseaux de faux comptes attribués à la France et à la Russie, engagés dans une campagne coordonnée et "inauthentique" de manipulation de l’opinion. Par-delà cette annonce, ces révélations contribuent à jeter un nouveau coup de projecteur sur les terrains où se mène, au quotidien, la bataille des narratifs. Elles interrogent également sur les moyens employés, ainsi que les objectifs poursuivis par les différents acteurs étatiques.
dossier iris infodemie
En savoir plus

Que faire vis-à-vis de l’infodémie ?

"L’espace public est donc tiraillé entre ouverture et protection, entre universel et relativisme polémique. D’où une impression de flottement et d’hésitation : la loi Avia a été censurée par le conseil constitutionnel et nul n’a su à coup sûr qui de Raoult ou de Véran avait eu le dernier mot… De la confrontation de ces lignes de partage émergera avec le temps ce qui a été gagné ou perdu. Une chose est certaine : des choix qui seront fait dépendent l’avenir de la démocratie et des dictatures, de la paix et de la guerre, et, peut-être, de l’évolution de nos civilisations."