Théorie du complot : Bill Gates et le coronavirus

Avec ses prises de position sur le coronavirus, Bill Gates est au coeur de la bataille culturelle qui se mène aux États-Unis.
Bill Gates

Comment Bill Gates est devenu la nouvelle cible et la nouvelle figure de l’ennemi dans la bataille des narratifs, plus ou moins farfelus, qui se jouent depuis ces dernières semaines ?

Retrouvez son analyse dans cette interview vidéo du Figaro, par Renaud Toffier et en compagnie de Laure Mandeville, qui a interviewée le milliardaire et philanthrope dans les colonnes du Figaro le 27 avril.

Sur le 1,2 millions de mentions dans les médias sociaux qui associent le milliardaire et le coronavirus (devenu le premier thème complotiste dans le monde devant la 5G), la conversation est essentiellement américaine (61%) et intéresse moins les Français (1,8%). On retrouve une convergence entre trois grandes forces :

  • Les anti-vax évidemment,
  • Des sphères de droite dure qui mènent un combat culturel (de QAnon à Roger Stone aux US, la visibilité de Bill Gates devenant un problème dans la perspective des présidentielles, des relais traditionnels en France de ces contenus US, parfois en lien avec la nébuleuse Egalité & réconciliation),
  • Un troisième groupe, plus diffus, composé de gens aux opinions anti-élitistes et fans de certaines théories du complot (on retrouve ici quelques groupes de gilets jaunes).
Total
0
Shares
Article précédent
la moderation sur les reseaux sociaux a l’ere de la crise sanitaire : censure ou retablissement de la verite ?

La modération sur les réseaux sociaux à l’ère de la crise sanitaire : censure ou rétablissement de la vérité ?

Article suivant
l’« etrange defaite » du coronavirus, faillite industrielle ou intellectuelle ? par xavier desmaison

L’« étrange défaite » du coronavirus, faillite industrielle ou intellectuelle ? par Xavier Desmaison

Dans la même catégorie
faux et usage de faux
En savoir plus

Faux et usage de faux

Pour des démocraties occidentales en mal d’exotisme et de transcendance, l’attrait contemporain pour les fake news n’est pas sans rappeler celui exercé par le roman gothique dans l’Angleterre néoclassique à la charnière entre le XVIIIe et le XIXe siècle.
michel strogoff
En savoir plus

Le télégraphe, creuset matriciel et contrapuntique de la réflexion sur les réseaux communicationnels et l’opinion publique

De quoi dès lors remettre la problématique de la viralité et des biais informationnels, intentionnels ou non, dans un cadre heuristique beaucoup plus pertinent, qu’une simple focale autocentrée sur notre époque, notre réseau et nous-mêmes. Au risque, en définitive, de viraliser du faux sur le faux. Une forme de méta-discours qui, à l’instar de ses devanciers dans le genre, a bien souvent une postérité des moins pérennes.