Novlangue, langue de coton et autres langues de censure

On répète souvent la phrase de Confucius, « pour rétablir l’ordre dans l’empire il faut commencer par rectifier les dénominations », ou celle de Camus, « mal nommer les choses, c’est ajouter au malheur du monde ». Et c’est vrai. Mais encore faut-il se rappeler que le désordre et la confusion des mots servent les détenteurs d’un pouvoir : celui de nommer ou d’occulter.
censuré

Contrôler la langue c’est pouvoir contrôler et orienter les populations. Des jargons professionnels à l’écriture inclusive, tout un arsenal s’étend pour faire de la nécessaire mise en ordre des mots et des propos une mise au pas des idées. Censure officielle et autocensure individuelle peuvent se conjuguer au service d’un totalitarisme verbal, régnant en faveur d’un supposé bien.

La plupart des lecteurs conviendront que la langue (système de signes a priori fait pour cela) sert à communiquer. Mais elle fait aussi intérioriser un pouvoir : utiliser certains mots, d’une certaine façon, interdit de penser certaines idées.

Lire la suite sur cairn.info

Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article précédent
gilets jaunes

Gilets jaunes, violences intercommunautaires, conflits identitaires... Guerre civile impossible, paix improbable

Article suivant
emmanuel macron

Châteaux de cartes : les cartes du château

Dans la même catégorie
societe de transparence, societe du secret
En savoir plus

Société de transparence, société du secret

Nos sociétés de l'information exaltent volontiers la transparence. En politique, elle doit favoriser la gouvernance : plus d'ententes clandestines, de manoeuvres antidémocratiques obscures, d'intérêts occultes, de crimes enfouis. En économie, on voit en elle une garantie contre les défauts cachés, les erreurs et les tricheries, donc un facteur de sécurité et de progrès. Et, moralement, la transparence semble garantir la confiance entre ceux qui n'ont rien à se reprocher. Dans ces conditions, il est difficile de plaider pour le secret. Ou au moins pour sa persistance, voire sa croissance. Et pourtant...
Bangui
En savoir plus

Bangui, nid d’espions sociaux

Mi-décembre, le réseau social Facebook a communiqué sur la mise au jour, suivie du démantèlement, d’une série de réseaux de faux comptes attribués à la France et à la Russie, engagés dans une campagne coordonnée et "inauthentique" de manipulation de l’opinion. Par-delà cette annonce, ces révélations contribuent à jeter un nouveau coup de projecteur sur les terrains où se mène, au quotidien, la bataille des narratifs. Elles interrogent également sur les moyens employés, ainsi que les objectifs poursuivis par les différents acteurs étatiques.